| Accueil |Tome 14 |commentaire Tome 1|commentaire Tome 2|commentaire Tome 3|commentaire Tome 4|commentaire Tome 5|commentaire Tome 6|commentaire Tome 7| commentaire Tome 8 | commentaire Tome 9| commentaire Tome 10| commentaire Tome 11| commentaire Tome 12| commentaire Tome 13| commentaire Tome 15| commentaire Tome 16| commentaire Tome 17| commentaire Tome 18|
Commentaires à propos du tome 14

bas

 

Affaires espagnoles

Le roi Sanche IV de Navarre ne fit pas de demande de mariage avec une fille du duc d’Aquitaine, mais ce dernier maria cependant deux de ses filles (prénommées Agnès), outre-Pyrénées. L’une avec Alphonse le roi de Castille et l’autre avec Pierre le futur roi d’Aragon. Sanche II de Navarre fut bien assassiné, probablement sur ordre de son frère Ramire. La Navarre fut alors annexée par Sanche d’Aragon.

Affaires limousines

L’abbé Adémar mena de grands travaux à l’abbaye Saint-Martial, il semble que l’église abbatiale fut voutée sous ses directives et que le grand cloître fut construit également à cette époque. Le vicomte Adémar, fut bien le brigand évoqué dans le livre et Guillaume vint l’assiéger jusqu’à Limoges. Cependant le duc ne parvint pas à prendre la ville qui résista victorieusement, Guillaume se vengea en dévastant le château d’Aixe ainsi que les églises hors les murs de Limoges.
La forteresse que fit construire Guy de Lastours à Arnac (pour s’opposer à Ségur, le fief d’Adémar), deviendra au siècle suivant le château de Pompadour.

Le pape Grégoire VIIa

Hildebrand, après avoir été le conseiller de nombreux papes, devint souverain pontife à son tour. La querelle des investitures avec Henri IV et l’épisode de Canossa restèrent célèbres dans l’histoire. Nous verrons par la suite que les choses ne s’arrangèrent guère entre l’empire et le Saint-Siège.

 

Philippe et Guillaume

Le roi de France et le roi d’Angleterre jouèrent au chat et à la souris jusqu’à la fin du règne de Guillaume. Le Français tenta de susciter des rebellions contre le Normand avec Edouard Aetheling, comme décrit dans le livre, puis avec Robert Courtheuse. Il infligea sa première défaite à Guillaume à Dol et parvint à reprendre le Vexin, mais ce sont là ses seules victoires contre la puissance Normande qui restera très grande en cette fin du XIème siècle. Nous verrons dans le livre suivant comment s’est terminée la querelle entre Guillaume et son fils Robert.

Les Normands d’Italie

Les familles Drengot et Hauteville constituèrent progressivement, ce qui deviendra le royaume Normand de Sicile et d’Italie. Ils chassèrent de la région, au fil des années, les Lombards, le Byzantins et les Arabes. Ils s’appuyèrent le plus souvent sur la papauté pour étendre leurs conquêtes et ils furent, comme nous le verrons dans les livres futurs, les soutiens de plusieurs papes.

 


haut